La première voiture de Volkswagen, la fameuse Coccinelle, est entrée dans la légende automobile, par sa longévité, et son succès auprès du public. Autotest.fr revient sur son fabuleux destin.

En 78 ans d’existence, la Coccinelle, en a vu des choses. Elle a bien bourlingué, roulé sa bosse aux quatre coins du monde… Bref, elle en a des histoires sous le capot.
Et son fabuleux destin, commence en 1938. La Coccinelle, imaginée par Ferdinand Porsche, sous la demande d’Adolf Hitler, devient la première voiture de Volkswagen : « la voiture du peuple ».

La petite Coccinelle séduit de suite, et plus de 300 000 allemands, la commandent, pour le prix de 990 reichsmarks, soit 506€. La-plupart, ne seront pas livrées. La Seconde Guerre Mondiale retarde la production de la Coccinelle. Sa carrosserie est utilisée pour construire des véhicules tout-terrain, avec des pneumatiques spécifiques : les « Kommandeurwagen ».

En 1945, l’usine de production a été totalement détruite. Remise aux mains des britanniques, le général Yvan Hirst, tombe sous le charme d’une Coccinelle, reconstruite par des ouvriers. Il décide alors que la petite Beetle, n’a pas dit son dernier mot !

Après plusieurs années, les premiers clients allemands sont enfin livrés, puis la production s’exporte aux Etats-Unis. C’est là que la Coccinelle, va vivre son rêve américain, et devenir une légende.
Les femmes, ne veulent pas d’une voiture imposante, et difficile à manier, comme les codes automobiles de l’époque. La Coccinelle, va se présenter comme la voiture idéale pour ces dames : à la fois élégante, petite, et facile à conduire. La Beetle devient la première voiture étrangère à s’imposer aux USA.

De 50 à 70 : Le succès et la dégringolade

Entre 1950 et 1970, la Coccinelle n’a cessé d’évoluer, pour rester dans le coup.
Par exemple, la version de 1952, avait une la lunette arrière divisée en deux parties.
L’année suivante, la lunette est agrandie et remplacée par une vitre ovale.

En 1955, la millionième Coccinelle sort des usines, en sept ans, le modèle sera écoulé à près de cinq millions d’exemplaires.
La version de 1956, opte pour une double sortie d’échappements chromées.
Bref, a chaque année, sa nouveauté.
La Coccinelle ne cesse de se réinventer, qu’elle soit en version normale, cabriolet, ou Deluxe.

la Millionième Coccinelle de 1955

Mais ce qui la propulse à la première place dans le cœur des gens, c’est sa carrière cinématographique dans les films Disney.
La Coccinelle et son numéro 53 deviennent la fameuse Choupette. Le film explose au box office, et la Coccinelle devient la chouchoute du public.

Mais cette pluie de modifications, et ce rôle de vedette, n’ont pas suffi à la rendre attractive très longtemps. En 1970, la Coccinelle devient obsolète, et l’arrivée de la Golf, la met K.O. En 1978, sa production en Europe s’arrête.

Mais c’était sans compter sur sa volonté de fer. Sa robustesse, et sa simplicité d’entretien, font d’elle une star dans les pays émergents. Le Brésil et le Mexique continu sa production, et ce, jusqu’en 2003.

La New Beetle
Entre temps, Volkswagen ressort une Coccinelle modernisée : la première New Beetle, revient en 1998. Le mythe est ressuscité. Et ironie du sort, en 2003, la New Beetle cabriolet vient remplacer celle, qui l’avait évincée autrefois, la Golf Cabriolet.

En 2011, la New Beetle de seconde génération, apparaît sur nos routes.
L’année 2016, n’est pas en reste pour la petite voiture du bon dieu, elle a le droit à un restylage, et même à une version Dune, plus aventurière.

La carrière de la Coccinelle a été ponctuée de véhicules plus originaux les uns que les autres, la Beetle, a connu des hauts et des bas. Mais tel un phénix, Choupette a toujours su renaitre de ces cendres, même si les pour les puristes, la New Beetle n’est pas une Coccinelle à part entière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here